T +33 2 97 88 22 60

With us, people always come first
Oldřich Electrical Engineer

Est-ce que notre société a tendance à vouloir tout simplifier à tout prix ?

Est-ce que notre société a tendance à vouloir tout simplifier à tout prix ?

 

Éditorial mensuel

Bienvenue sur la page du Club Alvey ! Un lieu où nous voulons partager nos idées avec vous et même vous divertir. Explorez-en toutes les parties : nous sommes convaincus que vous y trouverez des informations utiles et intéressantes, à la fois pour votre travail et pour votre loisir. Nous espérons que vous apprécierez. N’hésitez pas à nous faire partager votre opinion !

2016/09 : RETOUR À L'ÉCOLE

Maarten van Leeuwen

Le mois de septembre est arrivé, ce qui annonce le retour à l'école pour beaucoup d'entre nous. Je me souviens encore de l'odeur particulière des fournitures scolaires dont j’avais besoin pour la nouvelle année, des livres que nous avions eu à la bibliothèque de l'école et que nous devions couvrir afin de les protéger (une tâche dans laquelle je n’excellais pas), le premier jour à l'école où je découvrais qui était encore là et qui était nouveau, et la découverte des nouveaux enseignants et de savoir si leur réputation étaient justifiée, ce qui était souvent vrai.

L'éducation est, bien sûr, d'une importance primordiale. C'est important au niveau individuel, puisqu’une bonne éducation est une condition préalable nécessaire, sinon suffisante, pour réussir une carrière. C'est important au niveau des entreprises, puisque seules les entreprises avec des employés très talentueux et bien formés peuvent espérer survivre. Et c’est important au niveau de la société dans son ensemble, pour de nombreuses raisons. En fait, la survie de notre démocratie repose sur un électorat éduqué.

Notre système éducatif est menacé pour trois raisons. L'une d'elles existe depuis relativement longtemps, les deux autres sont nouvelles. Quelles sont ces menaces ?

Une menace potentielle depuis longtemps, c’est que les enseignants ont tendance à être des enseignants de carrière, qui n’ont jamais fait autre chose que d’enseigner, et qui ne feront probablement jamais rien d’autre. Cela signifie que de nombreux enseignants n’ont jamais quitté l'école. C’est ce qui leur rend plus difficile la possibilité de faire le lien entre la théorie qu’ils enseignent et les nombreuses utilisations de ces connaissances, comme par exemple, l'industrie. Je crois que ce serait mieux si nous pouvions intégrer des gens de l'industrie dans les forces de l’enseignement, même quelques heures par semaine.

Une deuxième menace est ce que j'appelle la « simplification » du monde. Cette menace tacite pour la simplicité existe à tous les niveaux de notre société. La simplification peut sembler être une bonne chose, et c’est souvent le cas, mais pas toujours. Apprendre par cœur peut sembler inutile si vous avez votre IPad en permanence avec vous, et que vous « googlez » les choses. Mais apprendre par cœur est également un entrainement de base pour le cerveau. Avoir et maintenir son cerveau en forme est tout aussi essentiel que de garder son corps en forme. De plus, nous devons savoir certaines choses par cœur, en privé comme en affaires. Par exemple, je suppose que vous connaissez que votre adresse par cœur. En affaires, je constate que beaucoup de mes collègues les plus jeunes ne parviennent pas à retenir certains chiffres de base, tels que la valeur de notre stock (trop élevée d’ailleurs) ou notre volume d'achat avec nos principaux fournisseurs. Un autre exemple de simplification est le débat, en France, sur le fait de laisser tomber l'accent circonflexe, puisque c’est « compliqué » et qu’on ne peut pas l'entendre. Voilà, en bref, les arguments utilisés. Trop dur, laissons tomber. C’est plus simple. Quelques années plus tard, le pauvre étudiant essaie d'apprendre une autre langue, par exemple l'anglais. Si vous savez que l’accent circonflexe remplace un « s » qui était là auparavant, on se rend compte immédiatement que des mots tels que « tempête », « forêt », « fête » (juste quelques exemples parmi tant d'autres) sont pratiquement identiques à « tempest », « forest », et « feast ».

Une troisième menace pour notre système éducatif vient bien sûr de la vague d'immigration, que nous avons récemment observée et que nous continuerons à observer dans un avenir proche. Les lecteurs de mes éditoriaux précédents savent que je ne suis pas opposé à cette immigration ; je crois qu’elle est dans notre intérêt, si elle bien gérée. (Ce qui, si les articles de journaux que je lis sont au moins à moitié vrais, est un très gros « si », mais c’est un tout autre sujet). Nous observons déjà un phénomène dans certaines villes : certaines écoles ont une majorité d’élèves d'origine « étrangère », avec une mauvaise maîtrise de la langue locale. Les niveaux d'éducation souffrent, puisque l'enseignant ne peut pas aller plus vite que ce que la classe peut suivre. Les parents non-étrangers mettent leurs enfants dans d'autres écoles, et nous entrons dans un cercle vicieux. Ce problème pourrait bien s'aggraver avec l'arrivée de nos nouveaux concitoyens. Et cela peut mener à des écoles « d'élite » et des écoles « normales », où les élèves des écoles « d'élite » auront de meilleures chances de réussite que les autres. Ceci doit être évité à tout prix, car ça se traduirait par une société avec une inégalité des chances. Et je suis fermement convaincu que la démocratie commence par l'égalité, ou tout du moins à des chances à peu près égales pour tous.

Maarten van Leeuwen
Directeur Général du Groupe

Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez envoyer vos commentaires à club@alvey.be.

 

Articles précédents

    Est-ce que notre société a tendance à vouloir tout simplifier à tout prix ?

    Est-ce que notre société a tendance à vouloir tout simplifier à tout prix ?

     

    Certificats

    Contact