T +33 2 97 88 22 60

With us, people always come first
Oldřich Electrical Engineer

Avons-nous besoin d'une force de police européenne forte et intégrée ?

Avons-nous besoin d'une force de police européenne forte et intégrée ?

 

Éditorial mensuel

Bienvenue sur la page du Club Alvey ! Un lieu où nous voulons partager nos idées avec vous et même vous divertir. Explorez-en toutes les parties : nous sommes convaincus que vous y trouverez des informations utiles et intéressantes, à la fois pour votre travail et pour votre loisir. Nous espérons que vous apprécierez. N’hésitez pas à nous faire partager votre opinion !

2016/08 : Nice

Maarten van Leeuwen

En ce mois de vacances, il aurait été préférable de parler de quelque chose de relaxant. J’avais l’intention d’écrire sur mes observations de la nature, de l’apparition précoce cette année de l’Épipactis à larges feuilles Epipactis helleborine, ou de l’augmentation apparemment inexorable du nombre de Rougequeues noirs Phoenicurus ochruros.

À la lumière des événements abominables à Nice, ce serait irrespectueux. Au moment où j’écris, 84 vies innocentes ont été prises, dont celles de nombreux enfants. Des centaines, voire des milliers de familles sont en deuil pendant que vous lisez cet article.

Qu’est-ce que la société peut faire contre un tel acte criminel et délibéré ? Cet article décrit ce que nous pourrions faire, et ce que nous ne devrions pas faire.

Sur ce que nous ne devrions pas faire, deux choses viennent à l'esprit. Tout d'abord, nous ne devrions ni fermer les frontières ni les contrôler ardemment, comme le président Hollande semble vouloir le faire. Cela est inutile pour un certain nombre de raisons. Tout d'abord, si les informations que nous avons aujourd'hui sont correctes, l'auteur de ces crimes était un citoyen français. Même si nous avions réussi à fermer les frontières, ça n’aurait pas aidé d'un iota. Deuxièmement, ce n’est pas possible, car oui bien sûr, on pourrait générer de longs embouteillages là où les autoroutes et les routes principales traversent les frontières, mais non, il ne semble pas possible de verrouiller ou contrôler chaque petite route qui relie la France au monde extérieur. Par exemple, il y a des embouteillages quotidiens sur l’E17 (A22) reliant Gand (B) à Lille (F), à proximité de nos bureaux de Deerlijk, où les voyageurs innocents et non préparés passent quelques heures. Mais nous connaissons tous une multitude de petites routes, que nous prenons pour contourner les bouchons, et où il n'y a pas le moindre contrôle. Je présume que les terroristes le savent aussi. Troisièmement, après les attaques de Paris, l'un des principaux suspects est passé par un tel point de contrôle sans y être arrêté, prétendument parce qu'il n’était pas sur la bonne « liste ». La fermeture des frontières n’est pas la réponse.

Une autre chose que nous ne devrions pas faire est de blâmer ou d'isoler nos voisins de religion musulmane. Ces attaques, ou au moins certaines d'entre elles, ont été perpétrées par des gens qui se prétendent de l’Islam. Ils sont appelés extrémistes par les médias. Extrémisme est un mot trompeur. Ces attaques sont extrêmes c’est sûr, mais est-ce une forme extrême de l'Islam ? Je maintiens que de tels actes n’ont pas du tout leur place dans l'Islam, qu’ils soient extrêmes ou pas. Ce sont des actes de folie, point final.

Ce que nous devons faire est de coopérer avec la communauté musulmane dans un dialogue étroit, avec une vue sur la façon dont nous pouvons mieux intégrer, et comment nous pouvons étouffer dans l'œuf les « extrémismes » émergents.

Une autre chose que nous devons faire n’est pas de fermer les frontières, mais de les supprimer dans la mesure où le travail de la police le permet. Comme je l'ai déjà écrit, nous avons aujourd’hui 27 forces de police en coordination avec 26 autres. Voilà 351 canaux de communication. Dans une telle situation, nous ne pouvons pas espérer lutter efficacement dans cette guerre.

Ce qu'il nous faut, c’est une police européenne qui peut fonctionner sans frontières, tout comme les Etats-Unis ont le FBI. Ceci est la seule véritable mesure que nous pouvons prendre, et qui pourra nous faire espérer un certain niveau de succès. Avec une telle force, il sera toujours pratiquement impossible d'exclure totalement les actes barbares de fous criminels. Sans une telle force, la question n’est malheureusement pas de savoir si une telle chose se reproduira, mais quand.

Maarten van Leeuwen
Directeur Général du Groupe

Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez envoyer vos commentaires à club@alvey.be.

 

Articles précédents

    Avons-nous besoin d'une force de police européenne forte et intégrée ?

    Avons-nous besoin d'une force de police européenne forte et intégrée ?

     

    Certificats

    Contact