Est-ce que la Technologie menace nos emplois ?

Est-ce que la Technologie menace nos emplois ?

 

Éditorial mensuel

Bienvenue sur la page du Club Alvey ! Un lieu où nous voulons partager nos idées avec vous et même vous divertir. Explorez-en toutes les parties : nous sommes convaincus que vous y trouverez des informations utiles et intéressantes, à la fois pour votre travail et pour votre loisir. Nous espérons que vous apprécierez. N’hésitez pas à nous faire partager votre opinion !

2016/04 : Technophobie

Maarten van Leeuwen

Le 18 mars, nous avons célébré l'inauguration officielle de notre nouveau bâtiment à Deerlijk, non loin de Gand en Belgique. Le Maire de Deerlijk, M. Claude Croes, nous a honorés de sa présence, et notre invité principal fut le vice-premier ministre Kris Peeters, ministre belge de l'Économie et de l'Emploi. www.krispeeters.be

Pour être honnête, je doutais beaucoup qu'il vienne, car la Belgique était à ce moment même en pleine préparation de son budget pour lequel elle était « à la recherche » de plus de 2 milliards d'euros, et nous pouvions voir son Excellence à la télévision tous les jours à ce sujet. Mais bien sûr, malgré 15 minutes de retard dont nous avons été informés à l'avance par son cabinet, il est tout de même venu. Non seulement il est venu, mais il a même fait un discours assez important, qui fut, à mon sens, très intéressant. Je dois admettre que j’ai été impressionné par cet homme. Nous nous sommes rencontrés quelques 30 secondes avant le début de son discours, mais il s’est adressé à moi par mon nom comme s'il me connaissait depuis plusieurs années. La façon dont il a ensuite prononcé son discours, se référant à peine à ses notes, et avec beaucoup d'humour et d’autodérision, a fait rire nos invités à de nombreuses occasions. Et la façon dont il a ensuite trinqué avec nous, bavardant comme si nous étions des amis de longue date venus à une réunion. Mais quoi qu’il en soit, traitons désormais du sujet principal de son discours: la technophobie.

M. Peeters a bien sûr évoqué le fait que beaucoup de gens croient que la technologie en général, et que l'automatisation en particulier, menace les emplois. Il faisait entre autres, référence à une étude réalisée par ING montrant que dans 20 ans, 35% d'entre nous seraient sans travail, nos emplois étant effectués par des robots. Il a réfuté cela en se référant à une autre étude, cette fois menée par le Forum Économique Mondial, ce qui indique que sur 3 enfants commençant l'école aujourd'hui, 2 feront un travail qui n'existe pas encore.

Ceci est bien sûr le cœur de la question. Nous ici à Alvey, nous faisons des projets d'automatisation tout le temps. Et oui, dans la grande majorité des cas, ce sont des projets demandés par nos clients pour réduire la main d’œuvre. Cependant, en plus de dix ans à mener de tels projets, je n'ai pas entendu parler une seule fois d'un cas où un client a licencié des travailleurs à la suite de notre projet. Les gens qui palettisaient auparavant à la main - travail ennuyeux et qui casse le dos – sont devenus des opérateurs de machines, s’occupent des nouvelles lignes de conditionnement soutenant la croissance, ou prélèvent des échantillons pour le Département Qualité aidant ainsi à améliorer la qualité.

Des emplois se créent, et des emplois disparaissent. Chaque village avait un maréchal-ferrant. Ces personnes existent encore, mais elles ne courent pas les rues. Fini les porteurs de lampes, les opérateurs télex, les tailleurs de pierre, les marchands d'esclaves, les charbonniers sur les bateaux à vapeur, les forgeurs d’épées, les transporteurs de glace, et la liste est longue. Sont arrivés les installateurs d'antennes de réseaux de téléphonie mobile, les programmeurs de sites Web, les conseillers d'optimisation des moteurs de recherche, les spécialistes de l'électronique automobile. Essayez juste de penser à un travail qui a disparu et qui était plus agréable que l'un des emplois qui n’existait pas il y a dix ans.

Le monde est en constante évolution, et de nombreux développements sont faits dans l’intérêt général. Loin de menacer nos emplois, la technologie crée des emplois, généralement très gratifiants et plaisants. La réelle difficulté pour nous et pour tous nos collègues de trouver du nouveau personnel qualifié, en est sans doute la preuve.

Donc, tout va bien ? Eh bien, évidemment, notre monde en perpétuel changement présente des challenges. L'humanité doit bien faire attention à ne pas perdre des compétences importantes telles que savoir écrire (correctement) et communiquer de manière cohérente, plutôt que par bribes telles que dans un SMS ou un Tweet. Ils ne sont pas un mauvais en soi, sauf si ceux-ci deviennent nos seuls moyens de communication excluant des formats plus cohérents.

Une communication ouverte, franche, cohérente et respectueuse est un ingrédient important, sinon le plus important, pour un avenir prospère de l'humanité.

Maarten van Leeuwen
Directeur Général du Groupe

Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez envoyer vos commentaires à club@alvey.be.

 

Articles précédents

    Est-ce que la Technologie menace nos emplois ?

    Est-ce que la Technologie menace nos emplois ?

     

    Certificats

    Contact