T +33 2 97 88 22 60

With us, people always come first
Oldřich Electrical Engineer

Devrions-nous donner immédiatement des papiers et permis de travail aux migrants?

Devrions-nous donner immédiatement des papiers et permis de travail aux migrants?

 

Éditorial mensuel

Bienvenue sur la page du Club Alvey ! Un lieu où nous voulons partager nos idées avec vous et même vous divertir. Explorez-en toutes les parties : nous sommes convaincus que vous y trouverez des informations utiles et intéressantes, à la fois pour votre travail et pour votre loisir. Nous espérons que vous apprécierez. N’hésitez pas à nous faire partager votre opinion !

2015/09 : Crise Humanitaire

Maarten van Leeuwen

En regardant rapidement, on pourrait croire que les gens transforment ce monde en chaos. Les tragédies en Syrie, Irak, Afghanistan, Yémen, Ukraine et dans beaucoup de pays africains obligent des milliers de personnes à abandonner tous leurs biens et à affronter un avenir risqué et incertain. Beaucoup d’entre elles finissent dans des camps de réfugiés, où les conditions sont misérables et les perspectives d'un meilleur avenir sont nulles. Ce sont les plus courageux, les plus jeunes, les plus résistants et les plus talentueux qui empruntent ces routes dangereuses vers l’Europe. Notre Europe, où il n’y a pas de danger, et où les conditions de vie comptent parmi les meilleures au monde.

Cependant, l’Europe n’existe pas. Quand cela convient aux hommes politiques, elle existe, et quand cela ne leur convient pas, elle n’existe pas. Dans le cas présent, l’existence de l‘Europe ne convient pas à nos hommes politiques, c’est pourquoi les réfugiés doivent « s’enregistrer dans le premier pays où ils arrivent ». Pour cette raison, la plupart des réfugiés finissent en Italie et en Grèce, et par conséquent, ces pays sont débordés. Non seulement ce n’est pas juste à l’égard des réfugiés, mais en plus ce n’est pas juste d’un point de vue économique.

Il y a un précédent. Il n’y a pas si longtemps, des centaines de milliers de juifs tentaient de fuir l’Allemagne nazie. Les nazis ont rendu leur fuite difficile et beaucoup de pays – comme les Pays-Bas par exemple – ont rendu leur arrivée quasiment impossible. À cette époque-là, on ne savait pas que ces gens se trouvaient en situation de danger extrême. Aujourd'hui, par chance, la plupart des migrants actuels ne sont pas mis dans la même situation de péril absurde que l’étaient les citoyens juifs menacés par les nazis. Serait-ce la raison pour laquelle il faudrait tenter d’empêcher les migrants d’entrer en Europe ? Je crois que la réponse est non, et cela pour trois raisons.

La première raison est humanitaire. Comment peut-on refouler quelqu'un qui a tout quitté, laissé les siens derrière lui, qui a fait un voyage dans des conditions de danger extrême, et qui a probablement donné ses derniers sous à des escrocs ? Comment peut-on demander à une telle personne de se justifier ? Est-ce que le simple fait que cet homme (ou cette femme, naturellement) soit arrivé avec les seuls vêtements qu’il portait, n’est pas une raison suffisante ? Pourquoi cette personne devrait-elle démontrer pendant un processus long et compliqué que son pays d’origine représente pour elle un péril certain ? Est-ce que le fait d’en être arrivé à fuir (courageusement), et d’avoir tout abandonné ne se suffit pas à lui-même ?

La deuxième raison est pratique : nous ne pouvons pas les arrêter. En déployant des moyens extraordinaires on peut empêcher quelques tentatives d’entrée ici ou là, mais on ne peut pas transformer toute l’Europe en une gigantesque prison étanche. Cela ne fonctionnerait pas – des milliers de personnes ont franchi le rideau de fer alors qu’il était toujours fonctionnel. On peut stopper quelques réfugiés ici et là, mais on ne sera pas capable de les arrêter tous. Les hommes politiques disent qu’il faut « résoudre le problème à la source ». C’est bien beau, mais qu’est-ce que la communauté internationale fait pour « remédier » à la situation en Syrie ou en Somalie – pour ne nommer que deux exemples ? Même SI la communauté internationale commençait à faire quelque chose – et je ne dis pas savoir QUOI faire – cela prendrait des années et peut-être même des décennies pour améliorer la situation locale. (Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas essayer). Il est évident que ce que disent les hommes politiques est peut-être vrai, mais ceci n’apporte pas de solution pratique aux personnes qui mettent leurs vies en danger AUJOURD'HUI.

La troisième raison est économique. La moyenne d’âge de la population européenne augmente, et la plupart des migrants sont jeunes ; ce qui est bon. Ainsi, on ne doit pas avoir peur que les migrants créent un chômage de masse. C’est une illusion socialiste de dire qu’il n’y a qu’un volume déterminé de travail pour un nombre déterminé de personnes, et que plus d’autres personnes arrivent, moins il y aura de travail pour tout le monde. C’est exactement l’inverse : les gens, dont les immigrés, apportent les emplois. Beaucoup d’emplois puisqu’ils recommencent à zéro, et doivent acheter des machines à laver et des téléviseurs. Pour cela ils ont besoin d’argent.

Naturellement, les migrants ont besoin d’une aide financière d’urgence pour passer les quelques premières semaines. Ils ne sont pas venus pour cela, à la différence des affirmations des partis extrêmes. Ils sont venus avec la meilleure volonté pour se construire un avenir nouveau et meilleur. C’est pourquoi ils doivent travailler, et pour cela ils ont besoin d’un permis de travail. Plus le « traitement » de leurs demandes prend du temps, plus c’est coûteux pour nous - contribuables. On devrait l’éviter.

Les migrants devraient obtenir des papiers et des permis de travail dans les plus brefs délais. On transformerait ainsi ce problème en une occasion pour le bien de l’Europe, et naturellement, pour le bien des migrants. C’est une situation classique de gagnant-gagnant.

Donc, si on permettait l’entrée à des centaines de milliers des migrants, cela transformerait-il notre monde ? Bien sûr que oui, naturellement. Cela a transformé les États-Unis pour devenir ce qu’ils sont aujourd'hui, et cela transformera l’Europe pour devenir ce qu’elle sera demain. Est-ce un mal ? N’oublions pas que la seule chose constante dans la vie, c’est le changement…

Maarten van Leeuwen
Directeur Général du Groupe

Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez envoyer vos commentaires à club@alvey.be.

Articles précédents

    Devrions-nous donner immédiatement des papiers et permis de travail aux migrants?

    Devrions-nous donner immédiatement des papiers et permis de travail aux migrants?

     

    Certificats

    Contact