Pouvons-nous améliorer le monde en changeant nos habitudes d'achat ?

Pouvons-nous améliorer le monde en changeant nos habitudes d'achat ?

 

2015/08 : Pas cher, pas cher

Maarten van Leeuwen

Nous étions  dans la région de Nordhausen durant quelques jours. La plupart des supermarchés étaient des hard discounters, lieux où je n'ai pas mis les pieds depuis bien des années. Comme alternative, nous sommes allés dans un discounter « soft ». Nous étions sous le choc : le prix du vin était si bas ! 1,59 €, 1.89 € … Autrement dit, des moyennes bien inférieures à 3 €. Comment peut-on fabriquer un produit de qualité destiné à être vendu à un tel prix ? Nous avons acheté le plus cher soit  8,59 € - il y avait une protection antivol.

Lorsque je travaillais pour Dole Food Company, nous avions encore une conserverie d'ananas à Hawaii. La mise en conserves de fruits est un travail intensif, et le coût par boîte de conserve était 3 fois plus élevé qu'un produit similaire en provenance des Philippines. Malgré de nombreux efforts pour préserver l'usine d’Hawaii, Dole a finalement été contrainte à fermer. C’était à peu près à cette époque que je rencontrais un haut responsable syndical. C’était une fête de mariage (pas le mien !) et nous avons eu cette conversation : « Vous travaillez pour une compagnie américaine méprisable. Ils ferment les usines dans l'Ouest, et en ouvrent de nouvelles dans l'Extrême-Orient où les gens y sont exploités. » Alors je lui ai demandé : « Si vous trouvez deux boîtes d'ananas identiques, l'une à 0,99 € et l’autre à 4,99 €, laquelle seriez-vous tentée d’acheter ? » « Et bien, celle à 0,99 € bien sûr », réponse évidemment sans surprise. « Par conséquent, QUI a fermé l'usine, vous ou bien moi? » lui rétorquais-je. Étonnamment, ce point fut totalement abandonné. Il n'y avait aucun rapport à ses yeux, entre ses habitudes d'achat et les actions des grandes méchantes multinationales.

Le problème, bien sûr, est qu'il y en a.

J’ai longtemps pensé que la puissance de la grande distribution était une question largement méconnue et non divulguée à laquelle le monde était confronté. Si vous participez à un appel d’offre avec un grand distributeur, vous découvrirez rapidement pourquoi je pensais cela.

Cependant, je vois maintenant qu’elle ne l’est nullement. Malgré leur puissance reconnue - même les grandes marques mondiales telles que Coca Cola représentent généralement une petites part du chiffre d'affaires de la grande distribution - Je crois maintenant que les distributeurs sont également plus victimes du comportement des consommateurs que de toute autre chose. Si nous accourons tous  chez les hard discounters pour obtenir absolument le prix le plus bas, que peuvent-ils faire?

Donc le problème est là. C’est aussi la question. Pourquoi voulons-nous absolument le prix le plus bas pour tout ce que nous achetons ? Bien sûr, certains d'entre nous ne peuvent malheureusement pas se permettre autre chose, en raison notamment de revenus limités, bien que cette hypothèse ne soit vraisemblablement pas la plus commune à en juger par les voitures garées sur les parkings de ces supermarchés à bas prix.

Il s’agit d’une question complexe. Bien sûr, nous ne voulons pas être trompés, et nous ne voulons pas payer pour l'inefficacité. Cependant, dans quelle mesure pouvons-nous étirer ce problème ? Disons que je souhaite acheter un vélo, et que je veux le meilleur. Comment qualifierait-on mon comportement si je me rends dans un magasin pour en regarder un, peut-être même l’essayer, puis si je vais sur Internet pour acheter le même modèle en ligne pour 200 € de moins ? Le propriétaire du magasin ne me trompe pas, et n’est pas incompétent. Il me facture « seulement » de 200 € pour le service de pouvoir toucher, sentir, et tester. Évidemment, mon comportement le mettra un jour ou l’autre « hors–circuit ».

Personnellement, je n'ai jamais été très intéressé par l’achat du moins cher, même quand j’étais étudiant avec des moyens modestes. Pourquoi le devrais-je?

Quand je souhaite acheter quelque chose - n'importe quoi - bien sûr, je fais attention au prix. Mais je crois qu'il y a beaucoup plus. Il y a l'amour, et il y a le respect. Le respect de l'autre, le respect de l'agriculteur, et pour les animaux. Je ne mange pas de viande, mais j’en achète fréquemment pour la personne qui partage ma vie et pour mes invités. Je m’assure toujours d’acheter de la viande provenant d'un animal qui a eu une vie heureuse, plutôt que de celui qui en avait une misérable. Comment la viande d'un animal qui a eu une vie horrible dans des conditions innommables peut rendre quelqu'un heureux et en bonne santé ? N’est-il donc pas préférable de payer quelques euros de plus, ou alors d’acheter un morceau plus petit ? Nous sommes tous en surpoids et de toute façon la plupart d’entre nous - moi y compris – mangeons beaucoup trop.

Je crois que nous devons trouver un meilleur équilibre dans le monde, dans la vie. Nous devons considérer ce que nous achetons et mangeons comme un don de la nature. Nous nous offrons à nous-mêmes, et à ceux qui nous entourent de la nourriture. L'acte d'acheter quelque chose de sain et d’équilibré est un acte d'amour. L'amour de soi, et l'amour des autres. Cet amour doit nécessairement inclure tous ceux impliqués dans l’acheminement de ce produit vers vous.

Des petites initiatives telles que celles de Max Havelaar et Oxfam ont commencé. Payer un prix juste pour les bananes et le café, généralement de qualité passable à bonne. Avec Internet, nous n’avons plus d'excuses pour dire que nous « ne connaissons pas l’origine de ce produit ». Nous la connaissons. Si nous agissons tous pour en savoir plus sur ces connaissances et sur d’autres telles que la souffrance des animaux, la pollution au nitrate  et les programmes d'aide aux Pays en Développement, tous ces problèmes majeurs pourraient grandement diminuer et ainsi, le monde s’améliorer.

Ce ne sont pas les multinationales, ni la grande distribution, ni quelque complot caché que ce soit qui sont à l'origine d’un grand nombre de problèmes dans ce monde : il en va de notre comportement.

Maarten van Leeuwen
Directeur Général du Groupe

Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez envoyer vos commentaires à club@alvey.be.

 

Retour

Pouvons-nous améliorer le monde en changeant nos habitudes d'achat ?

Pouvons-nous améliorer le monde en changeant nos habitudes d'achat ?

 

Certificats

Contact