Est-ce que notre monde s’améliore constamment ?

Est-ce que notre monde s’améliore constamment ?
 

2015/03 : Le Monde Progresse Vite

Maarten van Leeuwen

Ma tante est née en 1917 aux Pays-Bas et a vécu jusqu’à sa 94ème année. Je lui rendais souvent visite et nous discutions fréquemment jusque tard dans la nuit. Une des nombreuses histoires remarquables qu'elle me racontait, était comment elle avait appris à l'école secondaire, que « les citoyens du pays XX (je ne citerai pas le pays européen qu’elle a nommé) étaient des êtres inférieurs. » Ceci était enseigné en tant que fait avéré pendant les cours de géographie. Ça devait être aux environs de 1930. Pouvez-vous l’imaginer ? Aujourd'hui, un enseignant serait aussitôt congédié pour PENSER une telle chose, sans même parler de l'enseigner. Ma tante fréquentait-elle une école raciste ou fasciste ? Pas du tout ; elle est allée dans une école secondaire hollandaise très ordinaire de la ville de La Haye.

De même, mes parents nous ont appris – nous étions alors dans les années 60 – que « les Africains Noirs (ils utilisaient effectivement une formulation maintenant proscrite, de manière naturelle et sans sous-entendu méprisant) devaient être traités correctement, mais qu’ils n’étaient pas nos égaux ». Il est probable qu’aujourd'hui les parents perdraient leurs droits parentaux pour affirmer une telle chose à leurs enfants.

Mes parents étaient-ils des racistes attardés ? Je ne le pense vraiment pas. Par exemple, nous avons reçu une éducation très libérale, à tel point que les parents des autres enfants de notre école fronçaient les sourcils lors de leur « manque de discipline ».

Toujours dans les années 60, je me souviens de ce qui se passait lorsque, pendant les réunions de famille, le sujet de discussion s’attardait sur un parent ou une connaissance gay. Un silence tombait, puis l'un des anciens bredouillait d’une voix étouffée quelque chose du genre « Il est différent ». Après un court silence gênant pendant lequel les gens s’observaient, la conversation était rapidement réorientée vers des sujets plus sûrs.

Ces histoires n'illustrent pas le fait que mes origines aient pu être très conservatrices,  racistes ou fascistes. Du moins, c’est ce que je crois fermement. Je crois que ces histoires illustrent les progrès incroyable que le monde entier – ou presque – a fait en termes d'égalité des droits et d'abolition du racisme. Cela nous amène à deux raisonnements.

Le premier raisonnement est que le progrès a été rapide, et que rien n'indique qu'il ralentit. Je crois fermement que le monde continue de faire des progrès vers la démocratie dans le monde entier, dans une société libre, combiné avec une structure judiciaire internationale réelle et exécutoire.

L'autre raisonnement est que l'on doit être prudent pour juger les personnes du passé avec les valeurs d'aujourd'hui. Un de mes compositeurs préférés par exemple, est Richard Wagner. On sait qu'il était un antisémite enragé. Il est également bien connu que sa musique était – longtemps après sa mort – très appréciée et promue par le régime nazi allemand. Ces deux faits sont très accablants. Cependant Wagner ne savait rien des horreurs que le régime nazi apporterait. Il est également très discutable qu'il eût pu souscrire à quelqu’une des valeurs nazies, ou à la mauvaise utilisation de sa musique par le régime. Si l'on étudie le livret de L’Anneau des Nibelungen, par exemple, on se rend compte immédiatement que toute cette histoire est un avertissement continu contre l'abus de pouvoir, et que l'argent ne fait pas le bonheur. Le célèbre début du deuxième acte de la Walkyrie (beaucoup de gens la connaissent grâce à la scène des hélicoptères dans Apocalypse Now) pourrait certainement être interprété comme une célébration de l'héroïsme. Cependant, ce deuxième acte commence après une bataille déjà menée, et non-pas pendant la bataille. Il n'y a pas une seule référence antisémite parmi les différentes œuvres de Wagner que je connais.

En disant cela, je ne prétends pas que Wagner était un bon gars. Etudier sa biographie me porte à croire qu'il en était très loin. La question est alors : est-ce qu'un artiste a besoin d'être un bon gars pour que nous appréciions son travail ? Picasso était-il un bon gars ? Et s'il ne l'était pas, est-ce que ses tableaux devraient être ignorés ou brûlés ?

Nous devrions apprécier les gens en prenant en considération la période pendant laquelle ils vivaient. Ce qui ne signifie pas que nous devrions accepter leurs erreurs ou idées fausses. Au contraire, celles-ci nous montrent comment progresse le monde. Nous ne devrions pas perdre de vue que d'ici une centaine d'années, les générations futures nous considèreront très probablement comme une bande de gens attardés et malavisés.

Maarten van Leeuwen
Group Managing Director

Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez envoyer vos commentaires à club@alvey.be.

 

Retour

Est-ce que notre monde s’améliore constamment ?

Est-ce que notre monde s’améliore constamment ?
 

Certificats

Contact