Do you believe languages are “simplifying”?

Do you believe languages are “simplifying”

 

2013/12 : La disparition des temps

Maarten van LeeuwenParfois je me demande si je suis le seul à constater quelque chose d'étrange avec les langues. Les temps sont en train de disparaître. Cela devient évident si vous regardez des programmes comme « Voyage au bout de l'enfer » ou « Je ne devrais pas être en vie » ou, je suppose, n’importe quel autre programme américain (ce dont je ne suis pas sûr, car je ne les regarde pas). Dans ces programmes, les personnes interviewées décrivent presque toujours des événements – parfois d'un passé clairement lointain – de cette façon : « Je suis assis sur une plage. C'est une belle journée. Soudain, deux hommes armés apparaissent de nulle part, etc. ».

Même si cette tendance est, autant que je sache, plus franche aux Etats-Unis, il se passe la même chose dans d'autres pays et d'autres langues. En France, par exemple, le passé simple (passé « simple », qui est d'ailleurs loin d'être facile à construire) a pratiquement disparu. Personnellement, j'aime bien utiliser ce temps pour le plaisir. Dans ma langue maternelle néerlandaise, la conjonction a tout simplement été annulée par une réforme de la langue en 1949. C'est vraiment dommage, car maintenant, pour décrire un événement souhaité ou incertain, il faut faire une longue phrase. Je crois que la forme est encore très couramment utilisée dans la langue allemande, mais l'équivalent subjonctif français semble être tombé en désuétude.

L'exemple le plus flagrant, c’est lors des informations à la radio belge (néerlandophone), où ils refusent obstinément d'utiliser un autre temps que l’indicatif présent. « Un feu brûle à Courtrai ». « Le président des Etats-Unis visite notre pays demain. » Ils disent tout cela avec un peu de musique rythmique en fond sonore. Ici, je pense qu'ils veulent rendre l’information « vivante » et « actuelle ». C'est drôle et enfantin, je n’arrive pas à les prendre au sérieux. Mais quel que soit l’événement, je ne prends pas ce qu’ils nous disent au sérieux.

Nous pouvons nous poser trois questions. Pourquoi est-ce ainsi ? Où est-ce que cela nous mène ? Est-ce bon ou mauvais ?

Sur le pourquoi, je crois que cela a à voir avec une volonté globale qui a commencé au siècle dernier pour rendre les choses complexes plus facile, afin que les enfants n'aient pas à étudier trop durement. Ceci est bien sûr un exercice stérile, puisque dans la vie, certaines choses sont faciles, et d’autres sont difficiles. Pour les choses difficiles beaucoup d'entre nous devront travailler très dur pour les maîtriser. Je suppose qu'il est difficile de devenir un bon dentiste, et je ne voudrais pas être soigné par quelqu’un pour qui l’obtention du diplôme a été « facile ».

Où est-ce que cela nous mène ? Il semble évident que conjointement avec d'autres évolutions – principalement l’e-mail, le tweet et le SMS – nous nous dirigeons vers une simplification des langues. Si en plus de cela, nous laissons tomber les règles (difficiles, celles-ci), il se pourrait bien que les grandes langues telles que l'anglais puissent – tout simplement – s'effondrer. Cela pourrait signifier qu'il sera difficile de communiquer avec quelqu'un d'une autre communauté, puisque les langues auront dérapé. Si vous essayez de lire « Orange mécanique » (j'ai essayé, mais n’ai pas pu le déchiffrer) de Anthony Burgess, vous aurez une bonne idée de ce à quoi l’anglais du futur pourrait ressembler.

Enfin, la question est de savoir si cela est bon ou mauvais. Si vous êtes passionné par les langues et les outils très riches qui les composent pour exprimer une myriade de choses, alors vous allez probablement regretter cette évolution. Cependant, je pense que pour la plupart des êtres humains, les priorités sont tout simplement ailleurs, et la question est alors sans objet. Parce que si ce n'était pas le cas, cette évolution ne se produirait pas. Ou se produirait-elle ?

Maarten van Leeuwen
Directeur Général du Groupe

Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez envoyer vos commentaires à club@alvey.be.

 

Retour

Do you believe languages are “simplifying”?

Do you believe languages are “simplifying”

 

Certificats

Contact